La fabrication des retables brabançons aux XVe et XVIe siècle. Leur conservation et restauration au XXe siècle.



Conférence tenue le 22/10/2011 par Mme Serck





Après avoir défini ce que sont les retables d’autel et observé quelques exemples, ce sont les matériaux utilisés pour les réaliser qui sont étudiés. Ainsi, le bois de chêne le plus souvent employé pour façonner les peintures, la huche et les sculptures pouvait être soit choisi dans les forêts locales soit être acheté sur le marché du port d’Anvers. Ces bois importés étaient issus des forêts nordiques situés près de la mer Baltique. Les chênes de ces régions étaient très recherchés pour créer les œuvres d’art dans les ateliers brabançons car c’est un bois de très grande qualité à croissance lente et régulière. Ainsi, la plupart des peintures des primitifs flamands et des architectures et sculptures des retables sont réalisés dans ce matériau. On observe ensuite les outils de taille du bois utilisés au Moyen-âge et enfin les étapes de l’exécution de la polychromie des statues. On montre les matériaux : les feuilles d’or et d’argent et la manière de les poser. On détaille les pigments et les colorants ainsi que la manière de peindre les carnations et les décors. Les riches polychromies des ateliers bruxellois sont examinées de près à l’aide de nombreuses images de détail des visages et des textiles représentés. On observe ensuite quelques œuvres malinoises et anversoises. Les marques des ateliers de Bruxelles, de Malines et d’Anvers sont montrées ainsi que les caractéristiques esthétiques et techniques de ces trois grands ateliers. On montre alors rapidement les opérations de restaurations des retables en observant notamment le retable d’Oplinter (conservé aux Musées royaux d’art et d’Histoire à Bruxelles). Enfin, on examine en détail le retable de la Passion du musée d’Arlon, son iconographie et les richesses de sa polychromie originale bien conservée et conforme aux généralités expliquées sur les ateliers anversois.



Bibliographie à consulter :
R.De Boodt, J.Jansen, J.Sanyova, M.Serck-Dewaide, Le retable d'Oplinter, dans Scientiae Artis I, IRPA, La fabrication des retables anversois déduite de l’étude technologique et de la restauration du retable d’Oplinter, Bruxelles, 1999, p. 51-99.

Les retables anversois, XVᵉ et XVI ᵉ siècle, catalogue d’exposition, dir. H. Nieuwdorp, vol I & vol II, Essays. Museum voor Religieuse Kunst, Antwerpen, 1993.

Brigitte D’Hainaut-Zveny, Miroir du sacré. Les retables sculptés à Bruxelles XVᵉ et XVI ᵉ siècle, CFC-Editions, Bruxelles, 2005.